November 13, 2018

April 19, 2018

Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

Vive la grève des pilotes (automatiques) !

June 5, 2018

« A toute chose malheur est bon » disait ma grand-mère.

Ainsi la grève qui sévit dans les transports, m’a donné l’occasion de m’interroger sur certaines de mes pratiques.

Une précision tout de suite : ceux qui me connaissent le savent, je ne suis pas un saint.

Ainsi, ma patience d’usager a des limites très vites atteintes… mais « en même temps », ma pratique professionnelle m’a amené à essayer de faire un pas de côté chaque fois que je semble me cogner contre un mur…

Cela étant posé, qu’ai-je observé ?

 

Pleine conscience

La grève a ceci d’intéressant, que comme le grain de sable, elle nous force à marquer une pause, c’est le cas de le dire.

Je ne me rends plus à mon rendez-vous dans Paris avec cet automatisme de robot développé par le Parisien, qui lui permet de monter en tête de rame pour faciliter son changement de ligne, puis en queue pour être plus proche de la sortie désirée à la station de destination.

 

Je suis contraint de réfléchir à mon trajet : je ne vais peut-être pas faire le même ; je regarde les panneaux d’affichage ; je reporte mon rendez-vous un autre jour sans grève (si, si, il y en a !!) ; je réfléchis à ce que je vais pouvoir faire d’utile pour occuper le temps laissé libre par ce rendez-vous annulé, etc.

La plupart du temps, les méditants en pleine conscience le savent, nous agissons en mode automatique.

La pleine conscience nous enseigne à nous éveiller à ce que nous faisons sans y penser, pour reprendre le contrôle (le terme n’est pas exact) de tout ce que nous « vivons » sans plus nous en apercevoir.

 

La grève « fait reset »

La grève, chacun peut s’en apercevoir, nous contraint à ce « reset » de nos habitudes.

C’est une occasion, de pester bien sûr et cela ne fait pas de mal de temps en temps, mais aussi et surtout, de nous questionner sur ce que nous faisons et pourquoi.

 

Agissons-nous encore quand nous ne pensons plus à ce que nous faisons ?

 

La pleine conscience de l’agencement bouleversé de nos activités dû à la grève dans les transports est une chance à faire fructifier.

Nous pouvons ainsi débrancher le pilote automatique qui est aux commandes de notre quotidien, et nous questionner sur notre vie et les successions de tunnels qu’elle est devenue.

Ce que certains appellent « le slow » est une posture très intéressante.

 

Le « slow », c’est très rock’n’roll

 

Un client qui ne comprenait pas pourquoi il n’était pas considéré comme très aidant pas son entourage professionnel, m’expliqua à ma demande comment se passaient les interactions avec ses collègues et ses collaborateurs.

Bien sûr, sa porte était « toujours ouverte », preuve suffisante pour lui/elle que l’accès à son bureau était facile.

Pour autant, la plupart du temps, lorsque quelqu’un venait lui demander un conseil, un avis, en direct ou par téléphone, mon client, et il/elle en tirait une certaine fierté, pouvait continuer de faire les tâches qui nécessitaient une moindre attention de sa part : saisie sur un tableur à l’écran, annotation d’un projet en cours de relecture, programmation d’une tâche à réaliser sur l’agenda, etc.

Je sais que nous le faisons tous : nous sommes multi-tâches, capables de faire plusieurs choses à la fois et nombre de nos activités sans y réfléchir… Nous le faisons tous !

 

Pas étonnant que beaucoup d’entre-nous ne savent plus pourquoi ils travaillent…

 

Pas étonnant que nombre de nos collaborateurs/collègues ne viennent plus nous parler de leurs besoins, sachant le peu d’attention que nous leur accordons en réalité.

 

Pas étonnant que tellement de réunions ne servent à rien, si en séance notre attention est déjà focalisée sur la suivante…

 

En un mot comme en cent (« en un mot commençant »…) : continuons de pousser à bout notre pilote automatique : il finira bien par se mettre en grève.

Il sera alors temps pour nous de réfléchir à ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons.

 

C’est aussi l’essence de mon accompagnement à Miroir d’Avenir, que de faire en sorte que cette grève du pilotage automatique, au lieu de vous mettre en retard, vous donne un coup d’avance dans votre évolution professionnelle.

 

Vive la grève des pilotes (automatiques…) !

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives